Mia’s Black Holes & Revelations

 

Revelation 1 : Hors la loi 29 novembre, 2010

Classé dans : Revelations — Mia @ 14:13

Rien ne vaut le plaisir d’un film bien fait!
surtout après survivre la déception d’un ensemble de films consteranants.
Cette année, les JCC présentaient une panoplie de choix stupéfiante et pour une working woman comme moi c’était un carrefour d’agonie : soit prendre un congé sans solde (puisque le solde des congés est painfully épuisé) soit rater des films intéressants.
Any way, j’ai pas fait le bon choix même avec le peu de temps que j’avait.
Bref, c’est pas un article de critique des films des JCC, mais pour ceux qui ont raté (comme moi) ce film géant, vous pouvez vous rattraper, l’Africart nous sauve avec une rediffusion exceptionnelle de Hors-la-loi.
Ceux qui ont aimé « Indigènes » (bien que c’était un peu long pour les impatients) et même ceux qui ne l’ont pas aimé, aimeront « Hors-la-loi ». C’est une épopée où convergent l’amour de la famille et l’amour de la patrie, une histoire de trois frères à chacun ses espoirs, ses déceptions, sa façon de courir derrière ses rêves mais qui se rassemblent tous c’est l’espoir de vivre le jour où ils rentreront à l’Algérie, leur terre chérie, triomphant son idépendance.

Revelation 1 : Hors la loi dans Revelations Hors-la-loi-Movie-Poster

Rachid Bouchareb (le réalisateur) a gardé le même casting (puisqu’on ne change pas une équipe gagnante : Jamel Debbouze, Roschdy Zem, Sami Bouajila), le même contraste sombre/claire qui ajoute de la mystère à l’ambiance avec ses propores touches de créativité caractéristiques. Il a présenté avec honnêteté à faire couler les larmes la cruatuté de la colonisation française en Algérie (la première scène où la famille dont parle le film est chassée de sa terre, et quand la maman rangeait un peu de la terre de ses ancêtres dans sa bourse en pleurant, déchire les coeurs, même de ceux qui n’ont jamais connu la sensation de l’arrachement).
Tout le long du film, on expérimente des sensations contradictoires (de la tristesse pour la maman voyant perdre ses enfants l’un après l’autre, de l’encouragement pour Abdelkader (Sami Bouajila) qui rassemble ses miettes pour servir sa patrie et sa partie, de la compassion pour Messaoud (Roschdy Zem) qui voit s’évaporer son humanité quand il se laisse aller avec la rigidité de son frère Abdelkader et tue des innocents pour servir la cause, du respect envers le rêve simple auquel Saïd dévoua sa vie : faire répondre le nom de l’Algérie dans tout le monde quand son boxeur gagne le championnat du monde, ce petit rêve qu’il a étranglé lui-même pour garantir la sécurité de « son champion »…) et on découvre l’autre face des histoires glorieuses quand lit dans les livres de l’histoire et la misère des mort-vivants qui ont survécu cette période difficile.
Conclusion : Le film est absolument à voir, je vous garantis qu’il touchera une partie de votre âme.

 

Commenter

 
 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
fen20113d100 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | gucci158
| CAMEROON24 .. l'info camero...
| Blog du niveau intermédiaire